LA SOPHROLOGIE

L'étude de l'harmonie de la conscience

C'est quoi la sophrologie ?

ÉTYMOLOGIE

Néologisme composé de 3 racines du grec ancien : σῶς  (sôs) φρήν (phrến) λογία (-logía) 

σῶς / sôs  : Harmonie, sérénité

φρήν / phrến : Conscience, Esprit

λογία / -logía  : Etude, Science

La sophrologie est une approche globale et une méthode naturelle, simple et efficace qui permet :
. D’harmoniser le corps et l’esprit.
. De développer la capacité à gérer la charge mentale, le stress, l’anxiété, et les émotions.
. D’optimiser le bien-être et la qualité de vie. 
. De séréniser les relations individuelles et collectives. d’harmoniser le corps et l’esprits.

Elle s’appuie sur 4 moyens pratiques : La respiration, la relaxation, la pensée positive, la visualisation + La répétition de routine(s) quotidienne(s)

Ces moyens agissent sur trois fonctions naturelles :
. L’attention.
. Le système nerveux Autonome (végétatif), pour apaiser physiologiquement et psychologiquement.
. Les connexions neuronales du cerveau (l’engrammage), pour transformer les habitudes qui conditionnent.

LES BASES

4 MOYENS

Respiration

Conscience de la capacité respiratoire et des effets positif  (+) de la respirations.

Relaxation

Conscience de la capacité à détendre et à relâcher les tensions du mental et du corps.

Visualisation

Conscience de la capacité à projeter un paysage mental positif (+) et à agir dessus.

Pensée positive

Conscience de la capacité à penser en positifs (+) et des bienfaits.

4 PRINCIPES

Action Positive

Le positif engendre du positif (état initial + (+) = état amélioré)

Schéma corporel

L’expérience perçu comme une réalité vécue.

Réalité objective

Suspension du jugement (Epochè), favorise la prise de recul, la bienveillance et l’ataraxie.

Adaptabilité

Chaque méthode ou exercice doit s’adapter pour la pratique d’un individu.

4 DEGRES fondamentaux

Concentration

Attention portée sur les perceptions liées à l’état physique du corps et au présent.

Contemplation

Attention portée sur les perceptions liées à l’état mental.

Méditation

Attention portée sur l’harmonisation des états mental et physique.

Vivance

Attention portée sur l’harmonisation de l’intention et des valeurs individuelles essentielles.

Guillemet blanc
Orelsan

«Vous n’avez pas les bases …»

(Orelsan)

3 temps d’INTEGRATIONS

Détente

Temps de relâchement (relaxation) du corps et du mental.

Ecoute

Temps de réceptivité et d’accueil des sensations présentes.

Conscience

Temps de prise de conscience des états d’être  (physique, émotionnel et mental) et des bienfaits produits par la pratique de l’exercice.

3  REPETITIONS

Découverte

2ème répétition / 2ème étape pour apprivoiser et comprendre l’exercice.

Exploration

2ème répétition / 2ème étape pour apprivoiser et comprendre l’exercice.

Conquête

3ème répétition / 3ème étape pour apprecier les bienfait de l’exercice.

Les origines de la sophrologie

L'histoire de la sophrologie

La sophrologie a été fondé en 1960.

A l’origine de la sophrologie, il y a un homme, le neuropsychiatre Alfonso Caycedo.

Confronté dans sa profession, aux états modifiés de conscience, il se passionne pour le sujet et s’interroge sur l’usage des procédés thérapeutique de son époque (électrochocs, comas insuliniques) qu’il juge trop violents.

Dès 1959, il se forme à l’hypnose clinique qu’il pratique un certain temps. En parallèle, il s’intéresse à la psychiatrie phénoménologique et fini par rejoindre en 1963, son fondateur Ludwig Binswanger pour se former à cette approche qu’il juge plus respectueuse des patients. Il en tire une leçon qu’il place au centre de sa méthode:

« le respect d’autrui est le premier pas à franchir vers la connaissance des phénomènes de la conscience humaine. Ne pas formuler de conclusions permet une libre expression des différentes formes d’existence. »

En 1965, il voyage successivement en Inde, au tibet et au japon pour y étudier l’approche des cultures orientales à travers le Yoga, le tummo du bouddhisme tibétain et le Zen japonais. Il leur emprunte de nombreuses clés « porteuses d’actions possibles sur la conscience ».

C’est en 1967 que naît réellement la sophrologie en qualité de méthode originale. En effet, Alfonso Caycedo souhaite accompagner les fondement de l’hypnose d’un panaché de nombreuses autres techniques comme la « méthode Coué » (pensée positive), la « relaxation progressive de Jacobson » (relâchement des tensions musculaires), le « training autogène de Schultz » (autorelaxation par la suggestion) et évidemment la phénoménologie (apprentissage du non jugement), ainsi que le yoga (respiration et relâchement musculaire), le zen  (méditation), et le tummo (méditation confrontation au froid). La sophrologie se structure en degrés composés d’exercices  (Relaxation Dynamique). C’est la complémentarité de ces techniques qui font de  la sophrologie une méthode complète et efficace.

De 1970 à 1980, Alfonso Caycedo œuvre à la diffusion de sa méthode, par la reconnaissance de sa pratique, il tend à réunir les visions des médecines occidentales et orientales. En 1977 la « sophrologie sociale » apparait, elle se présente comme une pratique préventive. Les sophrologues n’ont plus la nécessité d’être issus du milieu médical. Cela participe à la démocratisation de la pratique.

En 1985, il ajoute le 4e degré (celui des valeurs existentielles et individuelles). 

A partir de 1988, Alfonso Caycedo dépose la marque « Sophrologie Caycedienne », sa pratique développe une orientation plus philosophique (voir spirituelle) et se propose d’avantage comme une méthode de développement personnel. Ce choix divise alors la sophrologie en deux grands courants, la pratique non-Caycedienne (dite thérapeutique) et la pratique Caycedienne. 

En 2011, Alfonso Caycedo achève définitivement l’organisation de sa méthode près d’un demi-siècle après l’avoir commencé.

De nos jours,  la sophrologie s’avère un moyen efficace et utile à de nombreux domaines d’application. Depuis la gestion des émotions, du stress, de l’anxiété et de la charge mentale, ainsi que l’accompagnement de traitements médicaux, la gestion de la douleur, la préparation mentale à un événements (examen, compétition, mariage, accouchement, etc), la gestion d’addictions ou des phobies et le renforcement de la concentration, et de la motivation et enfin le développement de l’estime de soi, de la confiance en soit, et des capacités (adaptaion, concentration, etc)

Depuis quelques années, en France, la sophrologie tend vers d’avantage de reconnaissance de la part des institutions. En témoigne l’inscription de certaine formation au registre national des compétences professionnel. Et le remboursement des séances par un nombre croissant de mutuelle.

Prendre Conscience

Nourrir de nouvelles pensées, de nouvelles idées, de nouveaux concepts,
Concevoir et percevoir autrement, pour sentir et agir différemment.
Enrichir chaque relation, au quotidien, de cette nouvelle disposition.
Transformer, permettre aux habitudes d’évoluer,
Entretenir la pratique de petits rituels positifs.
Ne rien attendre. S’ouvrir, accueillir ce qui est.
Accepter ce qui fut et entrevoir ce qui peut être.
Il n’est pas de difficulté qui soit insurmontable.
Avancer, surmonter un obstacle devant soi ou se relever,
Cependant, il peut être difficile de faire un choix et de l’assumer.
Accepter ou résister.  Agir, réagir ou ne rien faire,
Evoluer, s’adapter au gré des circonstances ou se maintenir quoi qu’il en coûte.

Dès lors que nous acceptons la responsabilité de nos choix,
Nous retrouvons notre pouvoir d’agir et d’être libre et conscient.
Tout redeviens possible.
Evoluer, changer … d’avis, d’opinions, de perspectives,
Accepter de s’être trompé, les erreurs et les échecs,
Reconnaitre la vérité, les réussites et les victoires.
Se réinventer et s’offrir l’opportunité de percevoir le monde autrement.

Se contenter d’être là, ici et maintenant, l’apprécier pleinement, simplement.
Observer le mouvement naturel du monde, trouver la grâce de doux instants.
Accueillir les sensations qui parcourent notre corps, au dehors, au dedans.
Prendre conscience des effets que cela produit en nous et des bienfaits.